order augmentin kamagra without prescription buy plavix
 

Vin Terre Net

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Suivez_VTN_sur_twitter 
Accueil Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?

 
Nicolas Herbin : fondateur et rédacteur
 
nicolas_herbinIssu d'un millésime catastrophique - 1980 -, je rencontre sérieusement le vin en 2004, à la fin de mon cycle d'études. Un bête stage chez Nicolas. La vie a mis sur mon chemin un monsieur nommé Michel Solla : il sera mon premier maître et me mettra le vin à la bouche grâce à de bonnes bouteilles partagées - déjà - à l'aveugle. Michel me fera immédiatement prendre conscience de l'importance et du plaisir capital de la surprise, et inversement de la nécessité de ne pas trop focaliser sur l'étiquette. Ce que j'ai du assimiler sans le savoir car la bouteille qui jouera le rôle de révélateur n'est qu'un "simple" Cabernet Sauvignon Los Vascos des domaines Rothschild, un vin chilien. Ce parfum, cette texture, je ne pensais pas que du jus de raisin fermenté puisse aussi être "ça".
La mécanique est lancée : premiers salons, premières lectures, premières bouteilles, premiers voyages. J'avale tout sans modération, sauf les bouteilles évidemment. Boulimie d'apprentissage. Je ne peux d'ailleurs oublier de citer
Michel Bettane que j'ai abondamment lu, et qui a eu une forte influence sur mon apprentissage et ma culture du vin. Pour ne pas dire au final mon goût, tel que je l'ai construit et découvert - entre autres - grâce à lui. Je dois également beaucoup au forum Dégustateurs.com, vecteur de rencontres, avec notamment l’autre Nicolas.
Au sortir de mes études, écœuré par une expérience calamiteuse au sein d'une grande société de spiritueux, je décide de me consacrer pleinement à ma nouvelle passion et d'essayer d'en faire un métier. DESS Marketing en poche, je bifurque et décroche la gestion d'une cave à vin dans Paris. Puis continue mon parcours professionnel là bas pendant près de quatre ans.
Début 2009, je quitte la capitale pour rejoindre une maison réputée, peut-être une des plus belles d'Europe :
le Club des Amateurs de Vins Exquis (CAVE SA) en Suisse, dirigé par Jacques Perrin, homme et dégustateur parmi les plus respectés de son époque. En parallèle, je continue à me déplacer de façon quasi hebdomadaire dans les vignobles d'Europe afin d'aller à la rencontre de la civilisation du vin, dans son acceptation la plus large et noble. Comme le Rhône prenant naissance aux tréfonds du Valais, ma passion n'est pas prête de tarir...
 
J’aime…
- Les vins qui ont la gueule de l'endroit, du vigneron, et millésime : du Pays nantais au Barolo, via Malaga.
- Les vins issus de raisins mûrs : pas sous-murs, pas surmûrs, mûrs.
- Les vignerons francs, investis, qui parlent aussi librement de leurs succès que leurs échecs, capables d'autocritique, de communiquer l'amour de leur métier, et prêter de l'attention aux gens qui dégustent leurs vins.
- Les journalistes entiers et vrais amoureux du vin, avec leurs excès et défauts, bien plus que les techniciens pisse-froid, qui ne se mouillent pas ou demeurent en surface dans leurs analyses, volontairement ou involontairement !
- Me tromper en dégustation à l'aveugle, car ça rafraichit les idées et remet le dégustateur à sa place.
- Boire une bonne bouteille à table à son apogée, avec des amis, en parlant d'autre chose que de vin.
 
Je n'aime pas...
- Les amateurs qui dévalorisent systématiquement les journalistes, et les journalistes qui raillent sans discernement les amateurs, notamment ceux présents sur le web du vin : ça n'a pas de sens.
- Les bio-cons qui desservent par malhonnêteté, maladresse ou angélisme la cause des bio-bons, et surtout leurs cépages et terroirs. Tout autant que les vignerons conventionnels qui ont du mal à tolérer les "bio". Il y a de la place pour chacun, si tant est qu'il y ait au minimum le respect que chacun puisse et doive exiger.
- Les sommeliers tendance donneurs de leçons, tourneurs de verres, ayant mal digéré leur (dé-)formation professionnelle. Et les œnophiles atteints des mêmes symptômes !
- Les vignerons-marlous, aux mains intactes mais à la gueule usée. Et les pros du "faites ce que je dis, mais pas ce que je fais".
- Les adeptes du "minéral" à tout va, ne sachant plus parler de vin autrement que par caillou interposé.
- Les buveurs d'étiquettes qui ne s'assument pas comme tels, ou hésitent encore à faire leur coming out.
- Les journalistes malhonnêtes ou avachis dans leurs convictions, qui servent la même soupe aux copains et les mêmes jugements depuis des années.
 
 
Nicolas Bon : fondateur, administrateur et rédacteur
 
nicolas_bonJe suis né en 1977 dans une famille où le vin prenait la forme d'une bouteille plastique. Autant dire que rien ne me prédestinait à cette passion. Et puis il y a eu mon service militaire (1997), passé dans une caserne à Vienne, près d'Ampuis. L’envie d’en connaitre un peu plus sur ces fabuleux vignobles de la Côte-Rôtie et Condrieu que j’avais tant arpentés en patrouille, et l’acquisition de ma première bouteille - une Côte Rôtie 1995 du domaine Champet -, m’ont conduit à acheter mes premiers livres et guides spécialisés.
Début des années 2000, me voilà à la SNCF. Avec quelques amis cheminots nous décidons de monter un club de dégustation. L’aventure durera un peu moins de 2 ans, mais c’est à ce moment que la passion prendra vraiment forme. La dégustation de ma première Grange des Pères et d’une fabuleuse Bastides d’Alquier y sera certainement pour quelque chose.
Quand le club est dissout, je pars à la recherche d’une nouvelle structure pour tenter d’assouvir ma soif d’apprentissage. Ce sera
l’Epicuvin, auquel j'appartiens depuis 2002, dirigé par Daniel Roche son fondateur, à qui je dois beaucoup. C’est le moment d’écrire mes premiers comptes-rendus de dégustation : d’abord pour moi, puis ensuite pour un petit site internet personnel, La Grange du Père Nico (clin d’œil à un vin que j’affectionne particulièrement). En février 2007, me voilà inscrit sur un forum de passionnés de vin, Dégustateurs.com, qui sera le "relanceur" d’une passion qui commençait à s’essouffler. C’est la rencontre avec Nicolas Herbin et toute une bande de passionnés qui me poussera spontanément à approfondir mes connaissances, pour les porter vers un nouveau niveau d’exigence. Aujourd’hui, ce site est à la fois l’aboutissement de cette passion, mais aussi et très certainement le début d’une nouvelle aventure.
 
J’aime…
- Les vins à l’image de leurs géniteurs : généreux et humbles, complexes et terriens, les vrais vins de paysan, singuliers et parfois mystérieux.
- Globalement tous les styles de rouges, des secs aux mutés, du Beaujolais au Sud-Ouest, en passant par ma région d’origine, le Languedoc.
- Plutôt les blancs tendus, aériens, peu ou pas sucrés, et généralement nés sur des terroirs septentrionaux.
- Les vignerons passionnés qui respectent leur terre, leur métier, et leurs clients fidèles en ne sombrant pas dans la facilité marketing.
- L’humilité, le partage et la curiosité, vis-à-vis des autres et réciproquement.
 
Je n'aime pas...
- Les vins au goût standardisé, les mauvais vins de marque, les vins sans âme.
- Tout ce qui tend à l’excès, dans les approches dites bio et "vin nature", comme conventionnelles.
- La tendance spéculative d’un marché du vin qui parfois se coupe de sa base et des amateurs et vrais buveurs.
- Les gens du vins (et autres) imbus de leur personne, vaniteux et donneurs de leçon.
- Les vignerons qui justifient certaines pratiques et méthodes par "ce n’est rien par rapport à ce que fait mon voisin".
- Les vignerons "chefs d’entreprise" : ceux qui vous expliquent le grand vin et la notion de terroir en costard cravate et sans avoir jamais eu un gramme de terre entre les mains.
 
 
Laurent Garlin : Contributeur
Jouisseur, trublion, passionné, Laurent nous accompagne souvent lors de nos voyages et visites dans le vignoble. Il gratifie le site de notes et commentaires de dégustation et participe activement à la rédaction, correction et relecture de nos articles. Ses dadas : les vins du grand Sud (Languedoc, Roussillon, Vallée du Rhône, Provence), l'Italie et les grands blancs secs d'Europe.
 
Olivier Didon : Contributeur
Amateur passionné jusqu’au bout des ongles, sa discrétion fait que l'on connait souvent moins l'homme que son travail, et notamment sa fameuse revue de presse sur LPV. Nous avons la chance de le compter parmi nos amis, et partageons avec lui la passion du vin, de la bonne cuisine, des grands fromages et de l'humour "Gunthardien". Olivier anime entre autres la page Twitter de vin-terre-net.com. Il est aussi un relecteur attentif et intransigeant.
 
 
Un grand merci aussi à ceux qui contribuent à leur manière à ce site :
 
- Armand Borlant (photographe) : homme de culture et de terrain, photographe de talent, amoureux des gens et de la bonne chair, Armand nous accompagne lorsqu’il en a l’occasion sur quelques uns de nos déplacements. Ses clichés agrémentent le site et certains de nos articles.
 
- Sébastian Gallo (webmaster) : toujours là quand les problèmes informatiques se complexifient, Sébastien est une aide précieuse et indispensable à la gestion du site (http://www.lsgconseil.com/).
 
- Paul Lambert : amateur de vins notamment italiens et fin gastronome, Paul a participé pendant deux ans à l’aventure vin-terre-net.com. Quelques articles, signés de sa plume, sont présents sur le site.
 
 


Le 21/07/2017 à 18h54
Copyright © 2017 Vin Terre Net. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.