order augmentin kamagra without prescription buy plavix
 

Vin Terre Net

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Suivez_VTN_sur_twitter 
Accueil Dégustations thématiques Italie Expressions d'Aglianico
Envoyer Imprimer
Expressions du cépage Aglianico
 
 
aglianico_vignes_rampaniuci
Aglianico chez Rampaniuci [source image]
 
Après une session 2012 consacrée aux vins du Haut-Piémont, le 18 octobre 2013, nous avons eu le plaisir d’organiser pour les copains du Club IVV Toulouse une dégustation de grands vins de Campanie et Basilicate issus du cépage Aglianico. Le choix des vins incombait à Nicolas Herbin et l’organisation a été réalisée en étroite collaboration avec Didier Sanchez. Le lecteur pourra d’ailleurs retrouver prochainement le compte-rendu, du Club en suivant ce lien. Nous ajouterons seulement une chose : pour être en accord avec les informations communiquées au Club, les vins sont notés sur 20. Les notes écrites et chiffrées qui suivent sont donc celles de Nicolas Herbin. Bonne lecture!
 
 
BASILICATE :
 
1. DOC Aglianico Del Vulture - Azienda Agricola Vigneti del Vulture « Pipoli » 2010
Production limitée aux communes d'Acerenza, Barile et Maschito. Macération préfermentaire suivie d'une fermentation de 15 jours. 60% du vin est élevé en cuves inox, le reste en barriques pendant dix mois, puis trois mois en bouteilles.
Fruité évident au premier nez (cassis-mangue), de l’éclat, mais rapidement un côté boisé insistant apparait à l’aération ; tanin enrobé, saveur de bois un peu chargée, qui donne de l’amertume, un côté charbon, mais la matière est pas très correcte. 12/20
 
2. DOC Aglianico Del Vulture - Azienda Agricola Grifalco della Lucania « Gricos » 2010
Les raisins proviennent des vignobles de quatre parcelles. Culture biologique certifiée. La fermentation dure en moyenne 10 jours à température contrôlée, avec pressurage doux et délestage. Levures indigènes. 50% du vin est élevé en foudres de chêne de Slavonia pendant 12 mois, le reste dans l’inox.
Un côté racinaire, floral (rose, iris), discret et fin, qui rappelle certains arômes de vins vinifiés en vendange entière ; tanins fins, vin droit, assez ciselé, qui finit un peu carré, on mâche le tanin. 13.5/20
  
3. IGP Basilicata Rosso - Azienda Agricola Camerlengo « Anteli » 2010
Altitude de 400 m. Vignes de 30 ans. Exposition sud-est. Pressurage doux, fermentation et macération de 25 jours, élevage en foudres de chêne de Slavonia de 40 hl, puis huit mois en bouteilles. Pas de collage, ni de filtration.
Premier nez faussement fatigué, mais derrière des notes de rose, typé « vin nature » ; bouche fine et fraîche, l’acidité volatile est haute mais beau fond de vin et belle esthétique de la trame. 14/20
 
***
 
4. DOC Aglianico Del Vulture - Azienda Agricola Elena Fucci « Titolo » 2010
Vignes situées sur la commune de Barile, au lieu-dit Titolo, à 650 m. d'altitude. Les raisins sont récoltés fin octobre. Vinification en cuve et élevage en fût de chêne neuf français pendant 12 mois. La fermentation malolactique est faite en fût.
Boisé un peu vert, puis nez changeant, fumé, truffé, terrien, qui s’harmonise bien à l’air ; tanins fins, assez délicats, bien « tissés » et nombreux. Vin sapide, assez fin, frais, ambitieux mais bien construit. On l’imagine bien vieillir. Très bon dans un style moderne abouti, ce qui est rare dans la région ! 17/20
 
5. DOC Aglianico Del Vulture - Azienda Agricola Grifalco della Lucania « Damaschito » 2008
Région de Maschito. Vignes de 30/45 ans. Altitude de 450 m. Eraflage doux et foulage suivi par fermentation dans des cuves en inox, levures indigènes. Elevage en foudres de chêne de Slavonia de 12/18 mois puis 12 mois en bouteilles.
Un premier nez un peu tomate séchée ; à l’aération de la truffe, du pot pourri, de la réglisse, approche assez traditionnelle, notes de racine, vin ouvert, patiné. Attaque vive, tanins fins mais enrobés, moins évolués que le nez. Vin encore ferme, style à l’ancienne mais attachant et affirmé, solide, pour la garde. 15/20
 
6. DOC Aglianico Del Vulture - Azienda Agricola Camerlengo « Camerlengo » 2006
Altitude de 500 m. Vignes de 40 ans. Exposition sud-est. Pressurage doux, fermentation et macération de 25 jours, élevage 12 mois en barriques de premier, deuxième et troisième passage, puis huit mois en bouteilles. Pas de collage, ni filtration.
Acidité volatile perceptible avec un côté mangue blette, du bois, bouquet peu diversifié pour l’âge du vin, linéaire ; la bouche est évoluée, un peu fatiguée, elle finit sèche et dure. 10/20
 
aglianico_lorenzo_nifo_sarrapochiello
 Lorenzo Nifo Sarrapochiello [source image]

CAMPANIE
 
7. DOC Aglianico Guardia Sanmonfredi - La Guardiense « Lucchero » 2011
Provenance : Sannio Beneventano. Terroir argilo-calcaire, vignes de 15 ans, altitude de 250-300 m. Macération 18 jours avec peu de remontages, 20% de saignée. Fermentation dans l’inox. Malolactique en demi-muids de 500 litres. Elevage dans les même fûts, chêne de Tronçais et Allier. Mise en juin qui suit la vendange. Œnologue : Riccardo Cotarella.
Vin entêtant sur le boisé bordelais et finalement très « Cotarella » ; bouche lactique, coulante, enrobée de bois, mais trop impersonnelle pour la région, du vin, mais c’est trop international. 12/20
 
8. DOC Aglianico Del Taburno - Lorenzo Nifo Sarrapochiello 2009
Terroir de marnes argilo-calcaires. Vinification et élevage en cuve.
Nez fin, confit, évanescent, belle évolution, à la fois vive et libre, hyper florale à l’aération. Tanins fins et frais, sapides, délicats. Vin très buvable, au grand naturel d’expression, élégant, légèrement charbonneux dans la saveur, avec des amers nobles en finale. Un archétype. 15.5/20
 
9. IGT Campania - Azienda Agricola Montevetrano di Silvia Imparato 2011
Cuvée issue à 50% de vignes du domaine sises sur San Cipriano, et à 50% de viticulteurs situés dans la province de Benevento, avec des terroirs plus frais, en altitude. Macérations de huit jours en cuves inox, 15 jours de fermentation alcoolique. Elevage en barriques neuves de chêne français durant dix mois, puis élevage de quatre mois en bouteille.
Nez un peu lactique, fruit (noir) détendu, mais précis, avec une impression de chair et de gourmandise ; trame horizontale, tanin enrobé, fin, peut-être un peu extrait, mais beau vin. 15/20
 
10. DOC Aglianico Del Taburno - Lorenzo Nifo Sarrapochiello « D'Erasmo » Riserva 2008
Terroir de marnes argilo-calcaires. Vignes de 25-30 ans. Macération de 25 jours. Fermentation malolactique en cuves inox et sous bois. Elevage de trois années, tout d’abord en fûts, puis deux ans en bouteille.
Un peu lactique au premier abord, il évolue sur le tabac, les épices, la truffe ; bouche à la fois libre et ample, un peu boisée, vineuse, apte à la garde. Vin long, ambitieux mais bien construit, sérieux. 16/20
 
***
 
11. DOC Falerno del Massico - Azienda Agricola Viticoltori Migliozzi « Rampaniuci » 2009
Aglianico 70%, Piedirosso 20%, Primitivo 10%. Les cépages sont vinifiés séparément, avec des macérations qui dépassent 40 jours. Elevage 12 mois en fûts de 550 et 750 litres de chêne français, cinq mois en cuve acier, puis six mois en bouteilles.
Nez saisissant et envoûtant, puissant, sanguin, sur les agrumes, la grenade, notes de suie et d’âtre à l’aération. Puissance de l’attaque, le vin développe beaucoup de sève, il est large, solaire mais rayonnant, avec une finesse et un velouté de tanin très beau. Long et parfumé, impressionnant. 17/20
 
12. DOC Falerno del Massico - Azienda Agricola Masseria Felicia 2008
Aglianico 80%, Piedirosso 20%. Aire de production : Sessa Aurunca. Sol de tuf gris, pierre ponce et cendres de lave. Vinification en tronconiques en châtaignier. Elevage en barriques françaises durant 12/14 mois, puis sous verre 12 mois.
Une parenté manifeste avec le Rampaniuci, mais moins d’éclat, un peu plus d’élevage. Ceci dit on devine une singularité et personnalité dans le vin. La bouche est relativement fraîche mais perd en précision à l’air, partant sur une réduction de type « croute de fromage », elle se durcit et s’amerise. 13/20
 
 
aglianico_migliozzi_rampaniuci 
L’équipe Rampaniuci au grand complet !
 
13. IGT Campania Aglianico - Cantina Giardino « Le Fole » 2009
Depuis ce millésime, le domaine produit des vins issus de ses propres vignes. Fermentation et élevage en fûts usagés. So2 dosé à moins de 20 grammes de libre. Œnologue producteur : Antonio Di Gruttola.
Assez libre et « nature », un peu foufou, notes florales (rose) que l’on retrouve en bouche, puis sensation d’acétate d’éthyle un peu haute et acidité volatile assez forte. La trame est détendue et savoureuse. Mais l’acescence en finale est assez terrifiante ! 13.5/20
 
14. DOC Campania Aglianico - Cantina Giardino « Clown Œnologue » 2008
Vignes plantées en 1936. Foulage aux pieds. Macération de 180 jours dans des jarres d'environ 200 litres. Elevage dans des bonbonnes en verre. Mise en bouteilles sans So2. Œnologue producteur : Antonio Di Gruttola.
Nez « roots » peut être dû à la présence de dépôt important dans le verre. Le vin est un peu dans tous les sens. Il se passe quelque chose en bouche mais la finale très évent rend la lecture difficile. 12/20
 
***
 
15. DOC Irpinia Aglianico - Azienda Agricola « Contrade di Taurasi » di Enza Lonardo 2009
Aglianico de Taurasi. Sols de tuf et argilo-calcaire. Exposition sud. Altitude des vignes de 320-400 m. Les vignes ont 10 à 30 ans. La fermentation avec des levures autochtones a été maintenue à une température constante d'environ 27°-28°C pendant 15 jours. La macération a duré environ 15 jours. Le vin est élevé pour 30% en demi-muids, le reste dans l'acier.
Nez fumé, épicé, fruits noirs, avec de la réglisse et de la fraîcheur aromatique, assez net et pur, cadré mais pas technologique, profond, sérieux. En bouche vin assez gourmand, avec un fruit préservé, une vraie sapidité, un côté calcaire, vif, net, très agréable à boire ou à garder. Un peu de bois. 15/20
 
16. DOC Irpinia Aglianico - Azienda Agricola Quintodecimo « Terra d'Eclano » 2010
Raisins provenant de cinq vignobles distincts. Année de plantation de la vigne : 2001. Altitude de 420-460 mètres. La fermentation et macération en cuves inox a lieu à une température de 26-30°. Vinification séparée des raisins de chaque parcelle. La macération dure 21 à 30 jours. Fermentation malolactique en barriques de chêne. Elevage de 18 mois en barriques de chêne (40% neuves), six mois en bouteilles.
Nez caramélisé et boisé bordelais envahissant, on retrouve un côté international en bouche avec une sucrosité de bois envahissante, mais la matière était belle, il faut l’avouer, trois fois hélas. 14/20
 
17. IGT Roccamonfina - Azienda Agricola Galardi « Terra Di Lavoro »  2010
Le domaine est situé sur San Carlo di Sessa Aurunca à une altitude de 400 m. Années de plantation : 1990, 1994 et 1996. Culture biologique. Macération des peaux pendant 20 jours. Malolactique en cuve et élevage en fûts de chêne neufs de l'Allier pendant 12 mois. Œnologue : Riccardo Cotarella.
Nez gourmand de fruits noirs, crème de mûre, encens, iris, chrysanthème, précis, de la personnalité ; tanins truffés, souples, bien élevés et amadoués par le bois, texture très agréable, dense mais pas dure. C’est long, frais, poudré, très bon. 17/20
 
 aglianico_terra_di_lavoro
 
18. DOCG Taurasi - Contrade di Taurasi 2007
Sol de texture moyenne, avec une forte présence de tuf, sec et riche en matière organique, formé par la désintégration de la roche. Exposition sud ouest. Altitude des vignes de 300-400 m. Les vignes ont 10 à 30 ans. La fermentation avec des levures autochtones a été maintenue à une température constante d'environ 27°-28°C pendant 15 jours. La macération a duré environ 15 jours. Le vin est élevé pour 30% en demi-muids, le reste dans l'acier.
Nez précis, profond, un peu retenu mais personnalisé, avec du menthol, du poivre, qui rappelle la « syrah » ; attaque avec une sensation de sucrosité et une richesse de saveur, également sans doute un peu d’élevage, mais le vin s’allonge paisible, sérieux, souverain, bien fait. Tanins fins. 15.5/20
 
19. DOCG Taurasi - Azienda Agricola Perillo di Romano Annamaria 2006
La famille Perillo a la chance de posséder de vieilles vignes (plus de 50 ans) dans le village Castelfanci et dans la vallée Calore à Montemarano, à 500 mètres d’altitude, sur des terroirs de sable compact, de calcaire et des sols volcaniques. Les rendements sont naturellement faibles. Elevage pendant 18 mois en barriques et foudres de Slavonia.
Robe brillante, aspect plus clair mais également plus de bois, de grillé que le vin de Contrade di Taurasi ; on retrouve en bouche des nuances toastées qui sèchent la finale. Quel dommage car ici encore, belle matière ! 13.5/20
 
***
 
20. DOCG Taurasi - Azienda Vitivinicola Di Prisco 2005
Issu d'un vignoble situé à proximité du domaine à une hauteur de 450 mètres, sur des sols argilo-calcaires. Elevage 12 mois en foudres et fûts de chêne français et au moins 12 mois en bouteille.
Boisé un peu TCA mais du fond, de la personnalité, densité aromatique et profondeur. A l’aération, il prend des accents réglissés. Attaque charnue et acidulée, hélas on retrouve le bois du nez, le vin est puissant, riche en alcool et chaud, un peu séché par le fût en finale. 13.5/20
 
21. DOCG Taurasi - Azienda Agricola Fratelli Urciuolo 2005
Trois ha de vignes à Montefredane, de 20 à 30 ans, situées à 500 mètres d'altitude, sur une couche arable argileuse posée sur un bloc de calcaire compact. Les raisins sont triés puis fermentés dans des cuves en inox à température contrôlée avec levures indigènes. Macération de deux semaines. Elevage pendant 24 mois en demi-muids de chêne français.
Boisé un peu « marron glacé », nez « tabacé », poudré, truffé. Vin rond, enrobé, assez chaud, puissant, mais l’élevage emporte tout : c’est sec, dur, sur des amers de finale qui cassent le vin. 13/20
 
22. DOCG Taurasi - Colli di Lapio di Romano Clelia « Vigna Andrea » 2004
Vignes de 20 ans. Terroir argilo-calcaire à 550 m. d’altitude. Macération des baies et fermentation alcoolique pour 15 jours en cuve d’acier à température contrôlée. Elevage en barriques neuves pour 11 mois et en bouteille pour 18 mois.
Le nez le plus évolué de cette série, tirant un côté marin, mais la bouche est plus intéressante, car la trame est détendue, la saveur saline, les tanins sont fins, veloutés. Le vin finit salivant. 15/20
 
aglianico_elena_fucci_vigneti
Elena Fucci [source image]
 
23. DOCG Taurasi Riserva - Mastroberardino « Radici » 1999
Terroir argilo-calcaire de Montemarano. Exposition sud. Premier millésime produit : 1986. Bouteilles produites : 13.000. Fermentation en cuves en acier inoxydable. Durée de la fermentation alcoolique : 10 jours. Durée de macération : 22-23 jours. Elevage 30 mois en barriques françaises neuves et foudres de Slavonia usagés. Durée de vieillissement en bouteilles avant commercialisation : 42 mois.
Nez intéressant, avec à la fois un côté vieux foudre, mais également des nuances de cabernet, de fleurs, de viande séchée ; c’est velouté, suave, avec de la finesse. On peut tout à la fait le boire sur son côté viande mijotée. Vin surprenant d’élégance, vraiment bon. 15.5/20
 
24. VQPRD Aglianico del Vulture - Azienda Vinicola Paternoster « Don Anselmo » 1997
Petites et très vieilles vignes sur le territoire de Barile, situé à 600 m. dessus du niveau de la mer, avec naturellement de faibles rendements. Vinification classique, les raisins sont foulés et égrappés, macération en cuves inox pendant 15 jours à 25/28°. Pendant cette période, plusieurs remontages et délestages sont réalisés. Elevage 50% en grandes foudres de chêne de Slavonia et 50% en fûts français. Vieillissement en bouteilles durant 12 mois.
Nez un marqué par l’âge (rouille, oxyde de fer) mais bouche ronde, souple, gourmande, fraîche, suave, qui finit juste sur un côté « vieux vin ». Honorable, mais pas plus. 14/20
 
 
En guise d’épilogue, nous souhaitons dire deux mots sur les vins des régions goûtées ici, dans le contexte actuel. Les vins du sud de l’Italie (ie. les régions situées en dessous de Rome, exception faite de la Sicile, donc les Abruzzes, Molise, Pouilles, la Basilicate, Calabre et Campanie) sont issus d’une tradition au moins aussi longue et ancestrale que ceux de la moitié nord du pays, quand ce n’est pas davantage pour certaines régions telles la Campanie, avec l’exemple des vins de Falerne (Falerno del Massico). Mais au delà des différences de fraîcheur inhérentes aux terroirs et climats, force est de constater que nombre de grands crus issus de cette moitié sud n’ont bien souvent pas la finesse et l’harmonie de parfums et saveurs de leurs collègues du nord. Est-ce un bien ou un mal ? Peu importe, car ils se suffisent à eux-mêmes et n’ont pas à se justifier. Mais pour creuser un peu ce raisonnement, qu’est ce qui peut expliquer cette différence ? Les cépages ? Il n’y a aucune raison que les variétés méridionales soient inférieures à leurs consœurs septentrionales, bien au contraire. Que reste-t-il alors ? Et bien le vigneron. Avec toute l’emprise qu’il peut avoir sur ses modes de culture, son savoir faire en matière de vinification et d’élevage, les conditions techniques dans lesquelles il élabore le vin, et enfin sa culture : son passé et donc la tradition viti-vinicole dont il est issu, mais aussi celle dans laquelle il baigne au moment où il est en activité. Et de ce point de vue là, il est certain qu’il existe nombre de différences entre nord et sud. A notre connaissance, dans la moitié méridionale, la Noblesse et l’Eglise ont été beaucoup moins présentes et « impactantes » que dans des régions telles que le Piémont, la Toscane, l’Ombrie ou même l’Alto Adige, par exemple. A défaut d’avoir une supériorité indéniable sur les vins produits par les petits paysans rustiques, gageons que ces deux corps de la société ont eu un impact énorme sur les progrès de la viticulture et viniculture européenne, et ont beaucoup apporté en matière de connaissance et de savoir faire. De ce point de vue là, la production de vins du sud n’a donc pas bénéficié de cet apport et se veut  donc plus rustique, au sens noble du terme, empirique, et donc paysanne. D’ailleurs elle fait un peu penser au Languedoc, qui pendant longtemps pratiquait et vivait, entre autres, d’une agriculture et donc viticulture paysanne ; et où, pendant de nombreuses années, le paysan ne vinifiait pas lui-même, mais portait ses vins à la cave coopérative (appelée Cantine Sociale, en Italie) ou au négociant. Ainsi, les seuls « domaines » historiques du grand sud transalpin sont de grands négociants, issus d’une longue tradition. Il en est ainsi par exemple pour Mastroberardino ou Paternoster. Mais ils sont très peu. D’autres grosses structures telles Salvatore Molettieri ou Feudi di San Gregorio ne datent, elles, que du milieu des années 80. Le recul en matière de culture de la vigne, mais également de vinification et surtout d’élevage manque donc, pour un nombre important d’acteurs. Et cela se sent, au travers du nombre de vins que nous avons dégustés, notamment dans l’approximation de vinification et surtout d’élevage. A la génération « volatile et vieux foudres » a succédé une génération « cuve inox et barriques ». Mais l’adaptation aux nouvelles techniques et contenants ne se fait pas sans heurts, car nombre de cuvées, notamment sur Taurasi, sont abîmées par leurs élevages et manquent de précision et douceur tannique. De ce point de vue, les caractéristiques de l’aglianico indiquent pourtant qu’à l’instar des nebbiolo, sangiovese, ou sagrantino par exemple, des élevages longs et lents en foudres ou demi-muids récents devraient sans doute donner de bons résultats. Et certains domaines y arrivent ! Mais ils sont encore trop peu à le pratiquer et surtout y parvenir. Ceci-dit les choses changent et évoluent, mais comme toujours, elles prennent du temps. Ainsi, le potentiel de qualité et d’évolution positive des vins d’aglianico est très important, et en fera sans doute une des variétés incontournables de demain pour le vignoble transalpin. La Campanie et la Basilicate doivent à notre sens devenir aussi incontournables que le Piémont et la Toscane, mais la route sera longue mais absolument passionnante à suivre. Et pourquoi ne pas refaire une telle dégustation dans dix ans, afin de mesurer le chemin parcouru ?
 
 

Le 19/08/2017 à 05h48
Copyright © 2017 Vin Terre Net. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.