order augmentin kamagra without prescription buy plavix
 

Vin Terre Net

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Suivez_VTN_sur_twitter 
Accueil Dégustations thématiques Espagne Grands vins de la Rioja
Envoyer Imprimer
Grande dégustation des vins de la Rioja

rioja_caves_lopez_heredia
 
Je crois sincèrement que la DM 2009 (Dégustation Mythique – rencontre annuelle des membres de l’association « de la Terre au Verre ») n’a jamais aussi bien porté son nom que pour cette édition 2009. Organisée par un José remonté, c’est en terre Catalane, à Barcelone, que l’équipe s’est expatriée pour gouter quelques uns des plus grands Rioja d’Espagne. L’idée était simple : choisir les meilleures bodegas, sur leurs plus grandes cuvées et dans les meilleurs millésimes. Si sur le papier, elle s’avérait diablement alléchante, elle a dépassé toute nos espérances et nous a permis de découvrir une facette peu connue des vins Espagnols. Pour cette édition c’était joint à nous, notre excellent président Aymeric, les habitués Mélanie, Julie, Baptiste, Jean, Amadine et Gerald, les revenants Côme, Aurélie et Johnatan, les nouveaux venus Romain et Daniel ainsi que nos deux espagnols préférés José et Carlos. L’équipe remercie également Ferran Centelles pour sa participation.

rioja_degustateurs
Une équipe sérieuse…

LA DOC RIOJA :
 
Administrativement, La Rioja est une communauté autonome située dans le centre nord de l’Espagne. Mais c’est aussi une DOC (denominación de Origen Calificada, distinction obtenue en 1991) parmi les plus réputés d’Espagne. L'aire délimitée s'étend, dans la haute vallée de l'Ebre, autour de sa capitale, Logroño. La vigne y occupe actuellement 57.000 ha sur 120 km de longueur et 40 km en largeur. On y distingue trois sous régions, possédant chacune ses propres caractéristiques :
  • Rioja Alta : 24 000 hectares environ. Située au sud de l’Ebre, elle donne les vins les plus équilibrés et raffinés, sans être dénués de corps et de charme. Le tempranillo représente 65% de l’encépagement.
  •  Rioja Alavesa : 12 000 hectares. C’est le plus petit secteur, situé au nord de l’Ebre. Alavesa donne des vins aromatiques mais aussi plus corsés et acides que ceux de l’Alta. Le tempranillo est le cépage dominant.
  • Rioja Baja : 21 000 hectares environ. c’est la partie orientale de la région, située à l’est de Logroño. Aire aride, chaude et sèche, elle produit des vins à l’expression méditerranéenne, plus généreux et riches en alcool. Le grenache y est d’ailleurs le cépage dominant.
Globalement, les terroirs sont argilo-calcaires, avec de nombreuses zones alluvionnaires (terrains proches des cours d’eau) et d’autres zones plus argilo-ferreuse sur les collines. L’altitude varie de 300m (sur Baja) jusqu'à et 500m (sur Alta). Le vignoble est planté sur des coteaux d’une altitude moyenne de 400m. Le climat, l’altitude et les cépages donnent des vins plutôt fins, hauts en acidité et peu alcoolisés. Au delà des clichés et des idées reçues, c’est une facette assez méconnue des vins Espagnols.

rioja_carte

La réputation de la Rioja s’est forgée au milieu du XIXème siècle, lorsque le Marquis de Murriéta réalisa le premier vin fin d’Espagne en important des techniques de vinifications et d’élevage Bordelais. La fin du XIXème voit la naissance des grandes bodegas qui porteront leurs vins sur la scène mondiale jusqu'aux années 70. Pendant cette période, le style des vins est traditionnel, c’est la « vieille école » Espagnol : les macérations sont courtes, les baies peu ou pas égrappées, les vins peu colorés et (très) longuement élevés avec une proportion de fut neuf faible.
 
Au début des années 1970, c’est l’époque du développement industriel en Espagne. Pourtant à son apogée et dynamisée par l’obtention de la DO (denominación de Origen), la Rioja va connaitre une longue période difficile. Poussés par une forte demande et des prix qui grimpent, les rendements augmentent. Ainsi beaucoup de « marques » et de Bodegas sombrent dans la facilité : les vins sont dilués, mal élevés et peu aptes au vieillissement.
 
Fin des années 80, le Rioja renait et entraine avec elle un nouveau style de vin. Les vins modernes font leurs entrées : macération plus longue, pigeage, extraction puis élevage plus court mais avec une grande proportion de fut neuf. La cuvée « Baron de Chirel » (créer en 1994) de la maison Marquis de Riscal en est le meilleur représentant. La qualité est recherchée à la vigne également avec des méthodes de cultures et de vendanges mettant en avant la maturité, les rendements bas et le respect du fruit et de la matière première. Aujourd’hui les deux styles, modernistes et traditionnalistes, se côtoient.

Les cépages typiques :
  • Tempranillo : le Tempranillo est considéré comme le cépage autochtone de la Rioja. Ses vertus et ses qualités sont mondialement reconnus. C’est un cépage relativement précoce, assez peu résistant à la sécheresse et sensible aux maladies. Il donne un mout équilibré et frais et un palais velouté au vieillissement. Il couvre environ 60% de la surface du vignoble de la région.
  • Garnacha : le Grenache est en recul sur la région au profit du Tempranillo. S’il occupe prés de 20% de la surface, on le trouve essentiellement sur la sous région Rioja Baja. C’est un cépage rustique, résistant aux maladies et connu pour ses vins forts en alcool et faible en acidité. Mais bien conduit, sur des terroirs frais et adaptés, il donne des vins intéressants et équilibrés.
  • Mazuelo : connu sous le nom de Carignan noir en France, la Mazuelo ne couvre que 4% de la surface du Rioja. C’est un cépage productif, à la maturité difficile et donnant des tanins âpres et souvent rustiques. Il demande beaucoup d’attention et une taille sévère.
  • Graciano : Cépage autochtone, il couvre moins de 1% de l’encépagement total. C’est un cépage intensément aromatique et à l’acidité élevée. Ça culture devrait progresser dans les années à venir sur la région.
  • Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc, Merlot : souvent d’origine bordelaise, ils complètent l’encépagement.
Les types de vins :
  • Joven : vins jeunes, de première ou deuxième année. Pas d’élevage bois.
  • Crianza : Ils doivent avoir un minimum de trois ans depuis la récolte dont un an d’élevage en barrique
  • Reserva : Sélection de « Crianza ». Ils doivent avoir un minimum de trois ans depuis la récolte dont un an en barrique et deux ans en bouteille.
  • Gran Reserva : tous les vins de cette dégustation. Ils doivent avoir un minimum de cinq ans depuis la récolte, dont 2 ans en barrique et 3 ans en bouteille. Cependant, certaines « Gran reserva » ont des temps d’élevage beaucoup plus long.

Les deux dernières catégories, Réserva et Gran réserva ne sont pas produites à chaque millésime.


LA DEGUSTATION :
 
Pour cette dégustation, nous avions réunis quelques unes des meilleurs Bodega de la région, produisant (ou ayant produit) des vins d’un style traditionnaliste :
  • Lopez de Heredia avec sa cuvée Vina Tondonia sur les millésimes 1987, 1985 et 1964
  • Rioja Alta avec 890 Gran Reserva 1989 et 1968
  • Marqués de Murrieta avec Castillo de Ygay Gran Reserva 1998 et 1994
  • Marqués de Riscal avec Gran Reserva 1989
  • CVNE (Compania Vinicola del Norte de Espana) avec Imperial Gran Reserva 1995 et 1970
Deux pirates sont venus s’ajouter à la dégustation:
  • Château Leoville Las Cases 1989
  • Vega Sicilia avec Unico 1966

rioja_liste

Approche de la dégustation par José : Chaque fois que l’on a la chance et l’occasion de gouter des Riojas Classiques, c'est-à-dire ceux qui se produisaient avant la moitié des années 80, beaucoup de réflexions sont à faire. Je ne suis pas un défenseur de l’idée que n’importe quel temps passé fut meilleur, mais, toujours en regardant vers l’avant, c’est bien de temps en temps de jeter un coup d’œil vers ce passé, et d’admirer avec respect et objectivité ces fantastiques vins qui font parti de l’histoire vinicole récente de l’Espagne. Et qui ont fait la gloire de l’Espagne vinicole dans le monde. Quand on goute des vins de cette « catégorie » les questions surgissent, surtout quant à la comparaison avec les vins actuels. Il faut dire qu’à l’époque, par dessus la technologie œnologique, on comptait avec des raisins de très bonne qualité, contrôles de rendements, viticulture moins agressive avec les sols et l’environnement, moins d’interventionnisme, et bien sur des vins qui ne seraient prêts à boire que beaucoup d’années après leur vendange. A la différence d’aujourd’hui où les vins doivent être prêts aussitôt à la consommation. C’est ainsi. Donc, il ne faut dire que les choses étaient meilleures avant mais nous nous devons d’estimer ces vins avec tout le respect qu’ils méritent. C’est l’héritage d’une façon de faire et de comprendre le vin qui, malheureusement, ne reviendra plus.
  

- Vin servi seul. Carafé pendant 1 heure.

rioja_cvne
CVNE Imperial - Gran Reserva  Rioja Alta
La Bodega Compania Vinicola del Norte de Espana (C.V.N.E) a été crée en 1879. Elle possède un terroir haut et frais dans la Rioja Alta, sur des sols calcaires. Le Tempranillo domine l’encépagement (85%) complété par du Graciano et Mazuelo. « L’impérial Gran Reserva » n’est élaboré que dans les grands millésimes par une sélection des meilleurs raisins de l’année. Le vin est élevé pendant 3 ans en barrique américaine puis 3 ans de plus en bouteille avant commercialisation. C’est un vin aristocratique, celui que s’achetaient ceux qui ne pouvait pas se payer un Vega Sicilia. Selon les experts, les vieux millésimes d’Imperial tendent à ressembler aux Bourgognes Grands Crus pour leurs caractères fins et puissants.
Cosecha de 1995 : 1995 est qualifié par le domaine comme un excellent millésime. 13,5°.
Robe grenat brillante peu évoluée. Le nez s’ouvre sur des aromes grillés et fumés, avec des senteurs cacaotés et réglissés. L’ensemble reste assez fin, évoluant sur le poivre et l’herbe coupée. Attaque très souple et ronde. La matière développe des notes de griotte et de fruits à l’alcool, autour de tanins soyeux et fins. Bonne longueur. Belle mise en bouche. 16/20
 

- Deux vins servis ensemble. Carafés 1 heure.

rioja_ygay
MARQUES DE MURRIETA Castillo de Ygay – Gran Reserva Especial  Rioja Alta
Marqués de Murrieta est la plus anciennes des propriétés de la Rioja (1852). Parmi les bodegas classiques de la région, elle possède une personnalité propre, qui balance entre style classique et moderne avec des vins opulents, concentrés, colorés mais aptes à un long vieillissement. Castillo de Ygay est un clos issu de la partie la plus haute de la Rioja Alta (500 mètres) sur des sols argileux. Le “Gran reserva especial” n’est produit que dans les grands millésimes (les derniers sont : 1978, 1994, 1995, 1998 et 2000). L’élevage se fait en barrique américaine pour une durée variant de 40 à 50 mois (pour info, le 1978 est resté 200 mois en fût). Depuis 2000 le domaine a entamé un virage vers un style résolument moderne.
Cosecha de 1998 : 1998 est un assemblage de Tempranillo (85%), Mazuelo (13%) et Grenache Tinta (2%). La vendange a débuté le 24 octobre. 41 mois d’élevage, plus 3 ans en bouteille. 13°.
La robe est profonde, grenat pourpre intense. Le nez est dominé par l’élevage, avec des aromes de café, de fruits confiturés, de reglisse et d’herbes aromatiques. Tout aussi ambitieuse, la bouche révèle une matière douce et volumineuse. Les tanins sont doux et bien enrobés. Bonne longueur cacaotée. 16,5/20
Cosecha de 1994 : 1994 est un assemblage de Tempranillo (75%) Mazuelo (13%) et Grenache Tinta (10%). 48 mois d’élevage en barrique Américaine et 3 ans en bouteille. 13°.
Robe grenat intense, légère évolution orangée sur le disque. Le nez, assez réservé, est fortement marqué par l’élevage, avec des senteurs exotiques bois de santal, caramel au lait, épices douces et cannelle. La bouche apparait assez moelleuse, plutôt douce et d’un volume moyen. L’ensemble, flatteur et riche, présente un grain de tanin bien marqué. Bonne longueur sur des notes grillées et sucrées. 15/20
 

- Deux vins servis ensemble. Carafés 1h30.

rioja_tondonia_85
LOPEZ DE HEREDIA Viña Tondonia – Gran reserva  Rioja Alta
Lopez de Heredia, c’est une partie de l’histoire, une relique vivante du Rioja du XIXème siècle, une bodega unique tant dans le travail des vignes que dans les vinifications. C’est une des seules bodegas à ne pas avoir changé son style de vins. Dans les bodegas classique du Rioja, elle reste la plus traditionnelle avec la Rioja Alta. Quatre générations se sont succédées à la tête du domaine avec comme devise « notre passé est notre présent ». Elle représente à elle seule l’élite de la production du Rioja depuis des décennies. Le Vina Tondonia est un clos de 100 ha d’un seul tenant situé sur le flanc droit du fleuve Ebro. Les sols sont constitués d’alluvions calcaires du fleuve. Vina Tondonia Gran Reserva est la grande cuvée du domaine, élaborée seulement dans les grands millésimes. Egrappage partiel et vinification douce en levures indigènes et macération courte. Elevage de 6 ans minimum en barrique de 3 à 5 vins.
Cosecha de 1987 : 1987 est un assemblage de Tempranillo (70%), Garnacha (20%), Mazuelo et Graciano (10%). La vendange a débuté le 13 octobre. Le vin a été élevé durant 8 ans en barriques, puis 3 ans en bouteille. 12°.
Robe ambré avec un disque tuilé. Le nez part sur le tertiaire, avec des parfums de tabacs, de feuille de cigare, de café mais aussi de poivron grillé et de griotte. L’attaque est fine et nette. La bouche est d’un superbe équilibre, entre des tanins fins, très soyeux, caressants et une délicate fraicheur. Grand volume, qui donne une superbe allonge à la finale. Remarquable ! 19/20
Cosecha de 1985 :
1985 est un assemblage de Tempranillo (75%), Garnacha (15%), Manzuelo et Graciano (10%). Vendange le 14 octobre. Elevage de 8 ans en barriques et 3 ans en bouteille. 12,5°.
Robe ambré tuilée, très claire et brillante. Le nez présente des notes truffées et animales, évoluant à l’aération vers des aromes de café-crème et de caramel au lait. L’attaque est souple et aérienne. En bouche, le vin développe des aromes de café sur des tanins plus granuleux mais toujours très fins et soyeux. Si l’ensemble présente un beau touché, très classique et élancé, la finale se marque de quelques notes métalliques. 17/20
 

- Trois vins du millésime 1989. Carafés 1h30.

MARQUES DE RISCAL Gran Reserva Rioja Alta
En 1860, le marquis Camillo Hurtado de Amezaga, de retour d’un exil à Bordeaux fonda ce qui est aujourd’hui l’un des plus anciens grands chais de la Rioja. Aujourd’hui, les installations ultra modernes cohabitent avec les vieux bâtiments, les fantômes doivent être un peu confus... Si les techniques et les élevages à la Bordelaise ont toujours marqué les vins, le style actuel y est encore plus prononcé que sur les anciens millésimes. Le Cabernet Sauvignon représente près de 25% de l’encépagement sur le vignoble. Le Tempranillo y est majoritaire, mais à hauteur de 60% « seulement ». Sur les derniers millésimes, les techniques de vinification sont modernes  et les élevages plus courts avec une proportion de fut neuf plus élevée. Gran reserva est la grande cuvée du domaine. Elle a été remplacée par la cuvée Baron de Chirel depuis 1994 (24 mois en fut) qui marque concrètement le virage stylistique du domaine.
Cosecha de 1989 : Macérations courtes (12 jours) et longue élevage de 5 ans en foudre pour ce 1989, dominé par du Tempranillo et du Cabernet sauvignon (sélections massales venues de Bordeaux). 12,5°.
Robe grenat profonde, de belle intensité. D’abord marqué par un peu de volatile et de réduction, le nez va évoluer sur des aromes de fruits cuits et compotés, de figue sèche et de cacao. La bouche est ample, bien développée sur une trame tannique présente. L’ensemble présente un beau volume et une belle rondeur. La finale est plus anguleuse avec des tanins qui se resserrent. Bonne longueur et bel intensité aromatique. 16,5/20

RIOJA ALTA Gran Reserva 890  Rioja Alta
Rioja Alta: une propriété emblématique dont la marque est aussi connue que la région qu’elle indique. Fondée en 1890 et appartenant toujours à la même famille, c’est un domaine légendaire en Espagne. Avec Lopez de Heredia, elle reste le classique des classiques et le porte drapeau de la région. 890 est issus des meilleures parcelles du domaine. Sols calcaires. Gran Reserva 890 est la grande cuvée du domaine, élaborée uniquement les meilleures années (les derniers sont 81, 84, 85, 87, 89 et 95). Macération courte, en partie grappes entières et long élevage de 6 ans minimum en barrique Américaine de 1 à 3 vins. Garde de 6 ans supplémentaires  en bouteille avant la mise sur le marché. Le 1995 vient à peine de sortir…
Cosecha de 1989 : 1989 est un assemblage de 90% de Tempranillo complété par du Mazuelo et Graciano. 7 ans d’élevage en barrique. 12,5°
Robe tuilée sur un grenat brillant. Le nez développe des aromes de poivrons grillés, d’épices, de cannelle et de menthol. En bouche, le vin joue le registre de la douceur. La perception sucrée flatteuse lui donne beaucoup de rondeur et de finesse aux travers des tanins enrobés et souples. L’ensemble présente donc un beau toucher de bouche, mais le vin manque un peu d’expression naturelle à ce stade. 16/20

LEOVILLE LAS CASES Saint Julien
Millésime 1989 : Non noté
Ce pirate et seul vin Français de la série, va nous faire défaut. Le nez, déviant, n’échappera pas à quelques notes liégeuses persistantes malgré une longue aération. La suite est en musique, sur l’air de La Montagne de Jean Ferrat :
Pourtant, que la matière est belle,
Comment pouvait’ on s’imaginer,
Qu’un petit défaut de bouteille,
Viendrai tout nous gâcher

rioja_alta_chais
 

Les 4 derniers vins ont été servis l’un après l’autre, après ouverture, décantation et service directe. Ils ont été ensuite dégustés ensemble pendant une trentaine de minute pour observer leurs différentes évolutions.

CVNE Imperial - Gran Reserva  Rioja Alta
Cosecha de 1970 : Chez CVNE, 1970 est considéré comme le plus grand millésime du domaine et le meilleur de toute la région.
Difficile entrée en matière avec ce nez peu engageant de champignon et vieilles futailles. Un peu d’aération et le voilà évoluant sur des notes iodées et maritimes. Si la bouche est plus aimable grâce à une matière fine et enrobée, l’ensemble parait assez fatigué, souple et relativement court. En évoluant, le vin dévoile une petite pointe liégeuse et de vieux bois humide, peut être la cause du problème. Dommage, on pouvait s’attendre à bien mieux. 13/20

RIOJA ALTA Gran Reserva 890  Rioja Alta
Cosecha de 1968 : Pas d’info précis sur ce millésime chez Rioja Alta, mais 1968 est considéré comme une très bonne année dans la région.
Grande complexité aromatique, qui s’articule et évolue autour d’aromes mentholés, d’épices douces, de grillé, d’herbes sèches, de feuille de tabac, de fines notes truffées et de griotte. Ouahhh !!! quelle bouche majestueuse, à la fois tendre et ample, fine et puissante, pleine et fraiche. Le vin est droit dans ses bottes, fier et presque hautin. Il finira de nous narguer du haut de ses 40 ans révolu dans une longue finale intemporelle. Et nous, nous y plongerons de plaisir. Splendide !!! 19,5/20

LOPEZ DE HEREDIA Viña Tondonia – Gran reserva  Rioja Alta
Cosecha de 1964 : 1964 est l’année du siècle dans le Rioja, à l’image d’un 61 ou d’un 47 à Bordeaux ou d’un 59 en Bourgogne, « la cosecha del Siglo ! ». Le vin est composé d’un assemblage de Tempranillo (75%), Garnacha (15%), Mazuelo et Graciano (10%). Elevage de 9 ans en barrique. 12,5°.
Essayer de commenter raisonnablement ce vin ce serait comme vouloir décrire à l’œil nu, chacune des couleurs qui composent l’éclatante blancheur du spectre lumineux. Ce vin n’est qu’harmonie, délicatesse, équilibre et grandeur. Je ferme les yeux et me voilà dans un salon anglais, assis sur un vieux Chesterfield au cuir usé. Un bon havane dans une main, je hume la délicate fragrance d’une truffe noire dans l’autre. Sur la table, une tasse de café crème et un carré de chocolat aux éclats de cannelle est posé à coté d’un verre de Kirsch. En fond sonore, un gramophone un peu crépitant diffuse du Beethoven. La bouche de ce vin est « Molto Vivace », le deuxième mouvement de la neuvième symphonie. Puissante, sérieuse, un brin austère par moment, la voilà déployant avec une rare finesse, une symphonie d’aromes fondus, enrobés et complexes. Les sensations s’enchainent à un rythme effréné sans que rien ne vienne perturber la plénitude et la sérénité d’une matière solennelle. Pour toujours dans mon panthéon des grands…20/20

VEGA SICILIA Unico Ribera del Duero
Le Mythe. Acquise en 1864 par la famille Lacanda qui l’a modernisé et y a introduit pour la première fois des cépages Bordelais, Vega Sicilia existe depuis le moyen âge. C’est aujourd’hui la famille Alvarez qui en est propriétaire. L’organisation de cette propriété est assez stupéfiante. Techniquement parfaite, les installations sont d’une propreté immaculée. Ici le vin ne voit que le bois : des cuves de vinifications, aux barriques en passant par des foudres d’âges différents. Sur le domaine, l’encépagement est dominé par le Tempranillo (80%) et complété par du Cabernet Sauvignon, du Merlot et du Malbec. « L’Unico » n’est produit que dans les meilleurs millésimes et n’est mis à la vente que lorsqu’il est mur (pas toujours dans l’ordre chronologique). Le vin est élevé en fut de chêne (Américain et Français) pour une durée moyenne de 7 à 8 ans.
Cosecha de 1966 : 1966 est une excellente année selon le domaine. C’est un millésime charmeur, plus atlantique que méditerranéen dans l’expression.
Il faut revenir sur terre, enfin presque… Le second pirate, et pas des moindres, est là car selon José, « il faut absolument gouter un vieux Unico une fois dans sa vie ». OK José, s’il le faut, alors allons-y. La robe grenat limpide au disque orangé est assez peu évoluée. Le nez parait encore très jeune, s’ouvrant sur des aromes de fruits murs, de myrtille, d’olive noir, complété par un peu de volatile. Il évoluera vers des aromes vanillés, empyreumatiques et de fruits confits. Attaque ample, franche et volumineuse. Si le vin s’impose en bouche par sa densité, il présente des tanins soyeux au grain fin et doux. Durant les premières minutes, la finale se marque de notes métalliques lui conférant une certaine amertume. Serait’ il encore trop jeune ?! A l’aération, la trame aromatique continue son évolution vers des aromes de vins cuits tandis que la finale, moins brutale, plus longue et plus soyeuse, se pare d’élégantes notes chocolatées. C’est fait, c’est gouté et c’est magique… 18,5/20.
 
rioja_cvne_70 rioja_alta rioja_tondonia_64 rioja_priorat_vega_sicilia
 
Je crois qu’il n’y a pas grand chose à ajouter. Vouloir tirer un quelconque enseignement de cette dégustation serait difficile, voir inutile. Nous retiendrons essentiellement la grande qualité des vins goutés, ce style si particulier, presque déroutant et, pour mon cas, inconnu jusqu’à lors. Une leçon de dégustation et d’humilité. Un grand merci à José, grâce à qui nous avons pu toucher du doigt ses crus prestigieux et devenus rares. Merci à tous les participants pour avoir fait le déplacement jusqu’à Barcelone.

rioja_priorat_vega_sicilia_1
 

 
Liens et sources images:
 
Note:
- Mis à jour le 30 mars 2011: corrections et compléments divers.
 
 

Le 25/04/2017 à 04h52
Copyright © 2017 Vin Terre Net. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.